9ème Edition de la Journée Nationale de la Liberté de Presse: Discours du PCA de la Maison de la Maison

Partager cet article

Monsieur le président du Conseil supérieur de la Communication

Monsieur le SG du ministère de la communication, Chargé des relations avec les Institutions

Excellence Madame la sous-secrétaire d’Etat américain à la

diplomatie publique et aux affaires publiques du département d’Etat Américain

Excellence M. l’ambassadeur de France au Niger

Mesdames et Messieurs les représentants du Corps diplomatique, des Institutions et Organisations internationales

 Mesdames et Messieurs les Responsables des médias,

Chers consoeurs et confrères

Mesdames et Messieurs, à vos titres, grades et qualités

Au nom du Conseil d’Administration de la Maison de la Presse, je tiens d’abord à vous exprimer toute notre gratitude pour votre présence à cette cérémonie, ce qui témoigne ainsi de votre engagement à promouvoir la liberté de la presse au Niger.

Mesdames et messieurs,

Permettez-moi aussi, avant tout propos, de vous demander une minute de silence à la mémoire de tous nos confrères disparus, et prier pour le repos de leurs âmes.

JE VOUS REMERCIE……..

Notre pensée va également à l’endroit de tous les hommes et femmes des médias qui ne sont pas parmi nous aujourd’hui, pour cause de maladie. Nous leur souhaitons une meilleure santé.

Mesdames et messieurs,

Permettez-moi de saluer la présence parmi de la Sous-secrétaire d’Etat à la diplomatie publique et aux affaires publiques du département d’Etat Américain Mme Lize Alain. Que je vous demande d’applaudir. Merci

Mesdames et messieurs,

La Journée Nationale de la Liberté de Presse que nous célébrons le 30 novembre de chaque année, a été instituée par décret n°2014-140/PRN/MCRI du 07 mars 2014. Elle découle, faut-il le rappeler, de la signature, le 30 novembre 2011, par l’ancien président de la République, Issoufou Mahamadou, de la Déclaration de la Table de la Montagne (DTM). Un acte par lequel il s’est engagé à promouvoir la liberté de la presse par la suppression des lois pénales relatives aux délits d’injure et de diffamation.

Nous lui en sommes reconnaissants au regard des effets positifs que cet acte a produit dans l’exercice de la profession. C’est le lieu pour nous d’inviter son successeur, le président de la République Mohamed Bazoum, d’aller au-delà, et surtout de jouer sa partition dans le sens d’améliorer les conditions de travail des médias nigériens pour qu’ils deviennent des véritables entreprises de presse.

Mesdames et messieurs,

La célébration de la Journée nationale de la liberté de presse nous donne l’occasion de rappeler aussi le rôle éminemment important de service public que jouent les médias dans la promotion, la défense et l’enracinement de la démocratie.

Outre la mission d’informer, d’éduquer, de sensibiliser et de distraire les masses populaires sur toute question ou préoccupation d’intérêt communautaire, les médias sont au-devant de la scène pour l’enracinement de la démocratie, la promotion des libertés fondamentales et la défense des droits humains. Une mission qu’ils exercent avec rigueur et professionnalisme et ce, malgré l’environnement économique très difficile dans lequel ils évoluent.

Mesdames et messieurs,

La situation économique des médias nigériens demeure très précaire.

La pandémie de la Covid-19 qui a durement affecté les médias nigériens a fini par convaincre de la fragilité de nos organes. Au fort moment de cette crise sanitaire, et au moment où l’Etat accompagnait des secteurs d’activités pour faire face aux effets néfastes de la Covid- 19, les médias qui sont au devant de la scène dans la sensibilisation des populations au respect des mesures barrières, et dans la lutte contre la propagation de cette maladie, malgré les risques auxquels ils sont exposés, sont les seuls à ne pas bénéficier de l’accompagnement de l’Etat.

Pourtant, un plan d’appui aux médias en période de Covid-19, élaboré par la Maison de la presse a bien été remis au Gouvernement à travers son chef, en vue d’un accompagnement des médias à atténuer les effets de cette crise qui a obligé certains organes à réduire le minimum vital qu’ils accordent à leurs agents et dans certains cas, des licenciements ont été opérés.

Jusqu’à cette date, les médias attendent de l’Etat cet appui surtout que les conséquences de cette crise sanitaire continuent à être ressentis dans le fonctionnement de nos organes de presse qu’ils soient publics que privés.

Mesdames et messieurs,

Qu’ils soient presse écrite ou en ligne, radio ou télévision, nos organes de presse végètent dans une précarité totale. N’ayant pas accès à la publicité de l’Etat et de ses démembrements malgré l’existence d’un décret en la matière, les médias nigériens, notamment ceux du privé, fonctionnement du jour au jour, supportant difficilement les charges inhérentes à leur fonctionnement quotidien.

L’Etat qui a l’obligation d’accompagner les médias qui, faut-il le rappeler, font un travail de service public, n’accorde, dans le cadre du fonds d’aide à la presse, qu’une somme dérisoire, elle-même libérée avec beaucoup de retard, pour être repartie entre les médias qui en font la demande.

Une situation inadmissible, comparé à certains pays voisins du Niger où les fonds annuels de soutien aux médias sont, dans la plus part des cas, plus importants que l’enveloppe attribuée au Niger.

C’est le lieu d’interpeller le Gouvernement à rehausser conséquemment l’enveloppe du fonds d’aide à la presse, de revenir surtout à la formule de l’attribution directe de ce fonds, d’instaurer un fonds d’investissement pour les médias pour accompagner ces derniers à devenir des véritables entreprises de presse.

Mesdames et Messieurs,

L’état de la liberté de la presse n’est toujours pas reluisant au Niger.

Même si la Maison de la presse se réjouie que son plaidoyer pour la révision de la Loi sur la cybercriminalité ait produit d’effets, cette dernière demeure encore un obstacle à la liberté de la presse.

Aux effets néfastes de cette loi, s’ajoutent des actes liberticides à la liberté de la presse commis surtout par des autorités zélées et dont la

Maison de la presse est régulièrement saisie de leur commission, tant

à Niamey qu’à l’intérieur du pays, entravant du coup l’exercice de la profession.

Des actes qui contribuent malheureusement, et en grande partie, à régresser le rang du Niger dans le classement mondial de la liberté de presse par Reporters Sans Frontière (RSF). Pour cette année, le Niger comme en 2021, occupe la 59ème place, avec un score moyen de

67.80 points sur 180 pays classés. Un classement peu reluisant aussi bien pour le Gouvernement nigérien que nous, acteurs des médias et qui nous interpelle à plus d’engagement dans la défense et la promotion de la liberté de presse et d’expression.

Mesdames et messieurs

L’amélioration des conditions de vie et de travail des professionnels des médias reste et demeure une préoccupation pour la Maison de la presse et à travers elle, toutes les organisations socioprofessionnelles des médias. C’est pour cette raison d’ailleurs que le Bureau du Conseil d’Administration de la Maison de la presse s’est beaucoup investi en tant que facilitateur pour la signature de la Convention collective afin que les promoteurs des médias et les journalistes puissent s’accorder sur le traitement salarial pour que le journaliste nigérien soit rétabli dans sa dignité.

Monsieur le Sg du Ministère de la communication, cela fait aujourd’hui un an que cette Convention a été signée.

Malheureusement, rien n’est encore fait pour accompagner les acteurs dans ce processus. L’occasion pour nous de solliciter du gouvernement plus d’engagements dans la conduite de ce processus.

Parmi les attentes du monde des médias, on peut noter entre autres : le rehaussement de l’enveloppe du fonds d’aide à la presse, l’accès à la publicité de l’État et ses démembrements, l’adoption des tarifs préférentiels sur l’électricité, le téléphone et l’internet, etc. Sur ce je souhaite bonne fête nationale à tous les journalistes.

Mesdames et Messieurs,

Avant de terminer mes propos, j’invite Son Excellence Madame la sous-secrétaire d’État américain à la diplomatie publique et aux affaires publiques du département d’État Américain à nous faire l’honneur de prendre la parole.

Je vous remercie

Plus à explorer

Connexion

Vous êtes Administrateur ? connectez-vous !

Contactez le webmaster