Recrudescence des violences en milieu scolaire: la dynamique des syndicats des enseignants monte au créneau

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

Suite à l’escalade des violences dans le milieu scolaire, la dynamique des syndicats du secteur de l’éducation et de la formation s’est réunie le mercredi 01 Juin 2022 en session extraordinaire à l’effet d’examiner la situation d’insécurité très préoccupante dans nos établissements scolaires avec malheureusement une perte en vie humaine au sein de la corporation enseignante. Elle a rendu une déclaration dont la teneur suit….

Il vous souviendra que le lundi 16 mai 2022, dans la localité de Guidan Alami dans le département de Bouza, région de Tahoua, notre camarade Moussa Issoufou Dan kande, alors directeur d’école de ladite localité a été froidement assassiné par son propre élève. Dans la même semaine, des enseignants en activité dans la même région de Tahoua précisément à lécole BOA de la ville de Tahoua, ont  fait également l’objet  d’agression de la part d’un individu mal intentionné, armé d’un long couteau.

Comme si cela ne suffisait pas, le jeudi 26 mai 2022, les parents dune fille accompagnés dune horde de bandits ont attaqué de manière barbare, expéditive et illogique des enseignantes du bloc scolaire de Zaria dans la ville de Maradi en plein exercice de leur métier.

Bref tout le mois de Mai  a été marqué par des violences de tout genre perpétrées sur le personnel enseignant, un peu partout au Niger.

A Dan Issa, à Guecheme, au CSP Amine, à l’école primaire Talladje1 Est… pour ne citer que ces cas.

L’on se rappelle aussi outre le climat d’insécurité lié au terrorisme dans plusieurs localités de notre  pays, dans lequel de nombreux enseignants ont perdu leurs vies et celles de leurs proches dans des circonstances ignobles, la violence en milieu scolaire vient aggraver la situation des enseignants du Niger déjà meurtries.

Au regard de tout ce qui précède, la dynamique du secteur de l’éducation et de la formation est  en droit de  se poser des questions :

1- l’école serait- elle infestée par les adeptes de Boko-Haram et autres terroristes qui œuvrent contre la scolarisation des citoyens nigériens ?

2- -la protection dont chaque agent de l’Etat devrait bénéficier serait-elle ignorée dans le cas spécifique de l’enseignant ?

C’est pourquoi, la dynamique des syndicats du secteur de l’éducation et de la formation fait les constats suivants :   

-la violence en milieu scolaire devient de plus en plus dangereuse et  récurrente et  de cible privilégiée que le personnel enseignant.

les agresseurs sont dans la plupart des cas des  parents d’élèves, des élèves et des bandits du quartier.

-Nos établissements scolaires sont devenus des lieux de violences de tout genre et des véritables carrefours de consommation de drogues et autres stupéfiants.

-La banalisation de la profession enseignante par nos gouvernants et la communauté elle-même.

aucune mesure de prévention ne semble être prise par les autorités compétentes pour protéger l’environnement scolaire

-En tout état de cause la dynamique des syndicats du secteur de l’éducation et de la formation :

-fustige et condamne avec la dernière énergie,  la violence sous toutes ses formes à l’égard du personnel enseignant du Niger.

 *-s’inquiète sur le devenir de ce noble métier qu’est l’enseignement en particulier et sur celui du système éducatif nigérien  en général.

avise que si rien n’est fait pour sécuriser les enseignants dans les prochains jours nous assisterons à la descente aux enfers  de l’école nigérienne.

D’autre part :

-soucieuse de l’importance de léducation et de la formation dans le développement social, économique et culturel de tout peuple ;

convaincue que la qualité de l’enseignement/apprentissage passe obligatoirement par la sécurisation du milieu scolaire,rassurée de l’existence des textes juridiques qui garantissent la protection de l’agent de l’État en général et de l’enseignant en particulier dans l’exercice ou à loccasion de l’exercice de ses fonctions,                 

La dynamique des syndicats du secteur de léducation et de la formation exige des hautes autorités en charge de l’éducation, au  premier rang desquelles, le Président de la République Chef de l’Etat d’accorder une attention particulière à ce phénomène d’insécurité  qui ne fait que prendre de l’ampleur,de convoquer sans délai un forum national de réflexion autour des questions éducatives, regroupant lensemble des acteurs de léducation,de procéder à la démasquassions des auteurs, co-auteurs et complices de ces violences en milieu scolaire contre les enseignants, afin de les traduire devant les tribunaux compétents,

Enfin, la Dynamique demande à ses militantes et militants de rester vigilants, mobilisés pour des éventuels mots d’ordre visant à imposer un respect digne de la fonction enseignante.

Pour le respect de la dignité de l’enseignant, aucun sacrifice n’est de trop.

Vive la Dynamique

Vive L’école Nigérienne

Vive le Niger

Qu’Allah protège le Niger et son peuple.

La lutte continue !

Je vous remercie.

Plus à explorer

Connexion

Vous êtes Administrateur ? connectez-vous !

Contactez le webmaster