Table ronde sur le financement du PDES (2022- 2026) : Discours d’ouverture des travaux du Président de la République

Partager cet article

Je tiens, avant tout propos, à adresser mes vifs et fraternels remerciements à toutes les personnalités qui ont bien voulu nous faire honneur par leur présence à cette Table Ronde sur le financement du Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2022-2026.Je suis très sensible à cette marque d’attention et d’amitié que vous manifestez ainsi à l’endroit de mon pays, le Niger, et de son peuple.

Je tiens également à exprimer mes sentiments de gratitude aux Autorités françaises pour le soutien constant de la France à l’endroit du Niger dans sa quête de développement. Le choix de Paris pour abriter la présente table ronde témoigne de la qualité exceptionnelle des relations qui existent entre nos deux pays.

Je tiens enfin à renouveler mes remerciements aux dirigeants des organisations et institutions partenaires du développement du Niger, aux opérateurs du secteur privé, aux représentants de la société civile et à tous les amis du Niger, ici présents, pour l’intérêt et le soutien qu’ils portent au développement économique et social de notre pays.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous vous en souvenez, nous avions présenté en décembre 2017, ici même à Paris, le Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2017-2021.Je suis heureux de vous informer, aujourd’hui, que la mise en œuvre de ce Plan a été un succès, en dépit des divers chocs qui ont marqué cette période.

Ce succès, nous le devons au soutien et à l’amitié de tous nos partenaires, qui ont bien voulu accompagner le Niger dans son combat pour la résilience et le développement.

Ce succès nous le devons aussi, et surtout, au courage du peuple Nigérien. En effet, dans la mise en œuvre du PDES 2017-2021, nous avons dû affronter quatre (4) principaux chocs : le choc sécuritaire, le choc sanitaire lié à la Covid 19, la baisse des prix de nos principaux produits d’exportation (uranium et pétrole), et les effets du changement climatique. A ces chocs, s’ajoute le défi structurel de la démographie au Niger dont la complexité est bien connue.

Mesdames et Messieurs,

Comme je le disais tantôt, la mise en œuvre du PDES 2017-2021 a été un succès et notre économie a fait preuve de résilience sur la période. Ainsi, le cadre macroéconomiqueest resté stable et robuste et a permis de maintenir une croissance soutenue avec un taux moyen de 4,6%. L’inflation est restée faible à 1,4%, en deçà de la norme Communautaire de 3%. Le déficit budgétaire global s’est situé à 4,4% du PIB en moyenne sur la période, tiré notamment par les dépenses de sécurité et de lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Mesdames et Messieurs,

Pour cette Table Ronde dont le slogan est « Niger, Terre d’accueil et d’opportunités », notre pays a l’honneur de vous présenter le PDES 2022-2026, dont la formulation a suivi un processus totalement participatif et inclusif. Ce Plan, qui est conforme aux engagements régionaux et internationaux auxquels le Niger a souscrit, est une traduction opérationnelle des priorités du Gouvernement en matière de développement économique, social, culturel et environnemental. Il ambitionne de réaliser un taux de croissance économique annuel moyen de 9,3%, un taux d’inflation inférieur à 3% et un déficit budgétaire global contenu à moins de 3%. Ces prévisions se fondent sur des hypothèses émises sur l’exploitation des différents potentiels agro-sylvo-pastoraux, halieutiques, miniers et pétroliers dont dispose le Niger et l’évolution probable du contexte régional et international.

La croissance sera durable et inclusive afin qu’elle profite à toutes les couches socioéconomiques, notamment les plus défavorisées. Notre ambition est de ramener le taux de pauvreté de 43% en 2022 à 35,4% en 2026. Pour ce faire, le Gouvernement mettra en œuvre plusieurs stratégies visant la transformation structurelle de notre économie, avec un accent particulier sur le développement des chaines de valeurs agro-sylvo- pastorales, halieutiques, minières et pétrolières. Ainsi, des actions concrètes et des réformes structurelles profondes seront entreprises dans chacun des domaines concernés.

En soutien du développement des chaines de valeurs, d’autres actions sont nécessaires pour promouvoir l’accès permanent et efficient à l’énergie, notamment en milieu rural, ainsi que le développement des infrastructures économiques et des services.

Toutes ces actions ne peuvent se réaliser sans la contribution d’un secteur privé dynamique. A cet égard, le Gouvernement veille à l’amélioration du climat des affaires, la promotion des PME et de l’entreprenariat des jeunes, le développement du système financier et la facilitation de l’accès aux crédits.

Mesdames et Messieurs,

Pour impulser et accompagner la transformation structurelle de notre économie, nous avons fortement besoin d’un capital humain de qualité. C’est pourquoi, j’attache du prix à un accès équitable aux services sociaux de base (éducation, santé, eau, emploi et protection sociale). Je veillerai particulièrement à la réduction des inégalités de genre, au renforcement des capacités des femmes et des filles, à la capture du dividende démographique notamment à travers la scolarisation de la jeune fille et son maintien dans le système éducatif, la formation professionnelle et technique surtout des femmes et des jeunes ainsi que leur accès aux emplois et aux responsabilités à tous les niveaux.

Mesdames et Messieurs,

La transformation structurelle de l’économie et le développement du capital humain ne peuvent se réaliser sans la paix et la sécurité. A cet égard, le Gouvernement se donne comme priorités d’assurer une bonne gouvernance sécuritaire, politique, juridique et judiciaire, économique, administrative et locale. C’est dire qu’aucun effort ne sera épargné pour garantir la paix, la sécurité, la justice et les droits de l’homme ainsi que l’efficacité des interventions de l’Etat et de ses partenaires en vue d’impulser de nouvelles dynamiques économiques et sociales.

Mesdames et Messieurs,

Les ressources financières nécessaires à la réalisation de toutes les actions prioritaires retenues dans le PDES 2022-2026 sont estimées à 29,62 milliards d’euros, soit environ 30 milliards de dollars américains. Ce montant est composé de 13,35 milliards d’euros de dépenses publiques sur ressources propres de l’Etat,10,28 milliards d’euros attendus des PTF et 5,99 milliards d’euros du secteur privé.

Je fonde l’espoir que la présente table ronde nous permettra de mobiliser les montants attendus des PTF et du secteur privé. J’invite par conséquent tous les investisseurs à venir au Niger, partager avec nous, la croissance dont le PDES 2022-2026 est porteur. Des opportunités certaines d’investissement existent dans les domaines miniers et pétroliers, dans celui des infrastructures notamment ferroviaire, énergétique et des télécommunications, dans le domaine agro-pastoral et agro-industriel, ainsi que dans le domaine de l’hôtellerie et des logements sociaux.

Au total, en mobilisant suffisamment de ressources avec les partenaires institutionnels et le secteur privé, en complément de l’effort de l’Etat, nous créerons les conditions de la diversification et de la modernisation de l’économie du Niger, du développement du capital humain, de la consolidation de la gouvernance, de la paix et de la sécurité.

Notre peuple, si courageux et si résilient, mérite bien de tels résultats. En renouvelant mes sincères remerciements à tous ceux qui nous ont fait l’honneur de leur présence, je déclare ouverts les travaux de la Table Ronde sur le financement du Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2022-2026.

VIVE LE NIGER,

VIVE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE.

Je vous remercie de votre aimable attention

Plus à explorer

Connexion

Vous êtes Administrateur ? connectez-vous !

Contactez le webmaster