Plaidoyer et redevabilité de la société civile en faveur du financement de la santé et de la couverture santé universelle : L’ONG ESCAVI organise un atelier de validation du plan national

Partager cet article

Du mercredi 23 au jeudi 24 novembre 2022, se déroule dans la salle de réunion de Africa Hall de Niamey, les travaux de l’atelier de validation du plan national de plaidoyer et de redevabilité de la société civile en faveur du financement de la santé et de la Couverture Santé Universelle. Organisé par l’organisation non gouvernementale Éducation, Santé et Amélioration du Cadre de Vie (ESCAVI) et soutenu par la Plateforme Démocratie Sanitaire et Implication Citoyenne (DES- ICI) Niger, cet atelier vise à doter les acteurs de la société civile nigérienne et les autres parties prenantes, d’un plan de plaidoyer afin qu’ils puissent maintenir leur engagement et plaider en faveur du financement de la santé et en particulier de la Couverture Santé Universelle.

Trois allocutions ont marqué la cérémonie d’ouverture. D’abord, celle de la coordinatrice de la plateforme Démocratie Sanitaire et Implication Citoyenne, Madame Chaibou Maimouna, qui a indiqué que ce programme coordonné en Afrique francophone par Impact Santé Afrique est financé par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le Mécanisme Mondial de Financement de la Santé (GFF), le Global Fund Advocates Network Africa (GFAN), le dispositif, Gavi, le Partenariat RBM pour mettre fin au paludisme et UHC 2030. « Il intervient dans un contexte où les pays d’Afrique subsaharienne peinent à tenir les engagements de la Déclaration d’Abuja (dépenses publiques en santé équivalant à au moins 5 % du PIB et 15 % des dépenses publiques), il apparaît essentiel d’aborder la question de la mobilisation des ressources, en particulier les ressources nationales, pour l’atteinte de la couverture santé universelle (CSU) ». C’est pourquoi, a-t-elle rappelé, en 2021, cinq formations ont été organisées en vue de constituer une cohorte de formateurs en développement des capacités, qui dispenseront des formations sur le financement de la santé, la Couverture Santé Universelle et le plaidoyer en faveur des budgets à des intervenants nationaux de la société civile, à des organisations des médias et à des représentants élus.

Ensuite, ce fut le tour du Coordonnateur National du Regroupement du Secteur Santé du Niger (ROASSAN), Idé Djermakoye d’intervenir pour donner des explications sur les actions de son organisation en faveur de la promotion de la couverture universelle au Niger. « Depuis 2011, nous avons aidé le Niger à mettre en place une politique de protection sociale, en 2018, nous avons eu à accompagner le gouvernement dans l’élaboration de la loi sur la protection sociale et en 2019, le décret d’application ».

Enfin, le discours d’ouverture du président du CCM, Ibrahim Mamane, qui s’est réjoui de cette rencontre. « Il s’agit en effet, pour les acteurs de la société civile de vous doter d’un plan de plaidoyer et de redevabilité afin que vous puissiez renforcer vos engagements et plaider efficacement en faveur de la santé en général et de la Couverture Universelle en particulier mais aussi assurer votre rôle de veille des engagements pris par l’État. Aussi, il vient à point nommé, comme vous le savez la question du financement de la santé en général et la CSU constitue une préoccupation majeure pour notre pays. La société civile doit s’engager pleinement dans le plaidoyer en faveur d’un financement accrue de la santé pour faire en sorte que les politiques et les programmes de la santé soient inclusif, équitable et adopté à tous ».

Au cours de ces deux jours de travaux, les participants seront formés par le formateur pays Hamza Djibo et vont élaborer une stratégie claire de plaidoyer sur le financement de la santé en général et de la CSU en particulier ; de formuler et prioriser des objectifs réalistes au regard des enjeux du financement de la santé, des ressources financières et humaines disponibles et mobilisables par les OSC ainsi que des opportunités et défis politiques actuels au Niger pour le financement de la santé en général et de la CSU en particulier ; d’identifier et organiser des actions visant à réaliser les objectifs retenus et de recenser et identifier les sources de financement pour la mise en œuvre des activités du plan d’actions.

Rappelons que dans le cadre de ce programme, dix (10) pays de l’Afrique francophone sont concernés à savoir le Burkina Faso, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Madagascar, le Niger, le Tchad, le Togo, le Sénégal et la République Démocratique du Congo.

Plus à explorer

Connexion

Vous êtes Administrateur ? connectez-vous !

Contactez le webmaster